Sol-AID : un outil innovant pour le calcul de la minéralisation de l’azote du sol en Bretagne

Suite au projet Mh , la CRAB et l’UMR INRA-Agrocampus SAS ont mis en place un nouveau projet, Sol-AID. Ce projet a comme objectif principal de créer un outil d’aide à la prescription de la fertilisation azotée disponible sur une application web et avec son site internet dédié. Il consistera en un portail web sur lequel les données seront disponibles et cartographiées et en un service de calcul interopérable conforme au standard WPS (1).

Ce service web WPS permettra de réaliser aisément des passerelles avec les différents outils des prescripteurs et avec les portails cartographiques Sols de Bretagne et Mh. Le second objectif consistera en une évaluation expérimentale de l’outil au champ pendant 3 années consécutives. Vous pouvez-trouver plus d’informations sur ce projet

ICI

 

1 Le Web Processing Service (WPS) est un standard de l’Open Geospatial Consortium (OGC). Il est conçu pour normaliser les appels et réponses de services de traitements de données SIG sur le Web. Le WPS est un standard de l’OGC depuis 2005. La version actuelle a été publiée en 2007. Le WPS est conçu pour travailler avec des données géospatial mais peut très bien supporter tout type de données. Le WPS permet de déployer, publier et utiliser tout type de traitements SIG (simple ou complexe) normalisés et interopérables.

Source : consulté le 10 décembre 2012.

Laure Beff

Web Reseau Mh : vers une meilleure connaissance de la minéralisation de l’azote du sol

Web Reseau Mh permet la diffusion des résultats du projet Mh, un projet de Recherche et Développement dont les objectifs étaient :

  • d’obtenir un référentiel sur la minéralisation de l’azote des matières organiques humifiées du sol (MOS) en Bretagne ;
  • de hiérarchiser les déterminants (climat, sol, pratiques culturales) de la minéralisation de l’azote des MOS ;
  • d’améliorer la prévision de la minéralisation de l’azote des MOS.

Pour cela, un réseau constitué de 141 parcelles réparties sur l’ensemble de la Bretagne, et a été suivi pendant 5 ans, de 2010 à fin 2014. La minéralisation a été quantifiée par la mesure des composantes du bilan azoté d’une culture de maïs non fertilisée (rendement et N absorbé par la culture, quantités de N minéral du sol au printemps et à l’automne, lixiviation estimée par approche modèle (STICS)). Une importante base de données sur les sols a été constituée pour expliquer la variabilité de la minéralisation, avec des mesures physiques, chimiques et biologiques. Un document de synthèse diffusé lors d’une journée de restitution en février 2016 est disponible

ICI

Ce projet de recherche-développement s’inscrit dans le cadre de la reconquête de la qualité de l’eau en Bretagne, et il a été financé par : l’Agence de l’Eau Loire Bretagne (AELB), le Conseil Régional de Bretagne, les Conseils Généraux du Finistère, des Côtes d’Armor et du Morbihan et la DRAAF. La coordination du programme est assurée par l’AELB, sa maîtrise d’œuvre par la Chambre Régionale d’Agriculture de Bretagne (CRAB), et sa conduite scientifique par l’INRA UMR SAS.

Laure Beff

A quick update on the Aicha portal

Now the viewers (quick and expert) are in English.

Access to WMS servers for research program « Adaptation of Irrigated agriculture to climate CHAnge » (Aicha), and Indian Space Research Organisation (ISRO), is now available by default in the drop-down list of the OGC server tab (accès via the « add layers » button).
http://geowww.agrocampus-ouest.fr/portails/?portail=aicha

For a quick outlook on project Aicha: http://www.accaf.inra.fr/en/Actions-and-Projects/adaptation_natural_resources_territories/AICHA

Gazouillons, veux-tu bien…

Parce qu’à force d’entendre des pépiements on finit par se mettre aussi à gazouiller. De fait, un petit tweet de temps en temps peut s’avérer judicieux là où de longs discours sont parfois contre-productifs. À condition cependant de ne pas piailler à tort et à travers…

C’est pourquoi GéoSAS a (enfin) un compte twitter (https://twitter.com/GeoSAS_SDI). Et pour faire bonne mesure, sa petite soeur Géo ACO y a eu droit aussi (https://twitter.com/aco_geo). Et pourquoi ne pas aussi siffler l’air de la formation IWDS ? (https://twitter.com/learn_SDI).

Une IDS en libre service pour se former

Composante de GéoACO, L’IDS Francophone Libre (IFL) a été mise en place pour servir les actions de formation dans la Francophonie, en particulier en Afrique. Elle repose sur un GeoServer dédié, à côté des GeoServers « Enseignant », « E-Learning » et « Master GI » (destinés respectivement aux données géographiques utiles à l’enseignement, à la formation IWDS à distance, et à la formation en présentiel à ACO).

Le baptème du feu de l’IFL eu lieu lors de  l’action de formation OpenStreetMap Côte-d’Ivoire 2015 qui s’est déroulée du 25 septembre au 15  octobre à Bouaké. Cet événement a été organisé par par les communautés OSM d’Afrique de l’Ouest et le collectif Les Libres Cartographes avec le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Il a consisté en deux semaines de formation aux outils web de l’information géographique libre (QGIS, OSM et JOSM… et geOrchestra) et a intégré des exercice d’ETL entre base OSM et IDS. L’IFL était pour cet exercice en libre service et a vu la publication de 17 couches de données inédites sur différents territoires de l’Afrique de l’Ouest. C’est un début prometteur qui a révélé qu’une simple mise à disposition de moyens peut avoir des effets significatifs en terme de diffusion des compétences et des usages.